Décret BACS : un enjeu majeur pour la transition écologique

concept saving energy lightbulb with solar power in nature

Face à l’urgence climatique, les actions concrètes ne cessent de se multiplier pour que la transition écologique soit rapide, effective et efficace. Parmi les nombreux outils déployés, les BACS (systèmes d’automatisation et de contrôle des bâtiments) sont devenus des alliés incontournables grâce aux normes strictes du décret BACS. Le présent article met en lumière le rôle clé que la mise en application de ce décret peut jouer et les défis auxquels il est confronté.

Cadre réglementaire et objectifs du décret BACS

Le décret BACS est entré en vigueur depuis juillet 2020 et porte sur l’installation obligatoire de BACS dans les bâtiments du secteur tertiaire. Visant à réduire la consommation d’énergies et l’empreinte carbone de ce secteur, elle concerne seulement certains types de bâtiments.

Il s’agit des bâtiments tertiaires destinés à des activités marchandes ou non, existant comme neufs et utilisant des équipements dont la puissance nominale utile dépasse 190 kW ou 70 Kw. Les bâtiments concernés doivent se conformer au decret bacs au plus tard le 1er janvier 2025/2027 en fonction de la puissance installée.

De manière concrète, les BACS gèrent les équipements concernés (clim, chauffage, ventilation) de manière automatisée pour optimiser leur efficacité énergétique et le confort des occupants. Il s’agit donc d’une technologie incontournable pour la transition écologique dans le secteur du bâtiment (tertiaire en l’occurrence).

Défis de l’implémentation des BACS

L’incorporation des BACS dans les structures tertiaires marque un saut stratégique vers une gestion énergétique plus efficiente. Pour autant, cette transition est confrontée à bien des défis, tant du point de vue technique qu’organisationnel.

Du point de vue technique, il est impératif de choisir des composants conformes aux normes et capables de générer des économies d’énergie substantielles. De plus, l’installation ne peut être la même pour tous les bâtiments, en raison de leurs spécificités respectives. Il est donc crucial de proposer une solution sur-mesure pour optimiser la gestion des différentes zones du bâtiment et détecter les anomalies de façon précoce. Quant à la composante organisationnelle de ces défis, la gestion des BACS requiert :

  • une surveillance constante des consommations ;
  • une exploitation interne efficace ;
  • son intégration cohérente dans la stratégie globale de gestion énergétique du bâtiment.

Ces trois besoins impliquent donc la formation des équipes en entreprise, la maintenance régulière et le pilotage des systèmes pour garantir une performance durable. Par ailleurs, l’interopérabilité entre les différents systèmes techniques revêt une importance capitale pour une gestion énergétique cohérente, d’où la nécessité des vérifications périodiques qu’impose le décret BACS. Ici, c’est l’importance de la maintenance qui est soulignée afin de garantir une efficacité énergétique pérenne.

En résumé, pour jouir pleinement des avantages qu’implique l’intégration des BACS, leur déploiement doit se baser sur une approche globale tenant compte des aspects techniques, humains et organisationnels.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*